[Chronique] « Wonder » – RJ Palacio

Bonjour à tous ! Nouvelle chronique aujourd’hui pour vous parler de Wonder écrit par RJ Palacio. Il s’agit d’une lecture commune que j’ai faite récemment avec Tatiana et Sarah que je vous encourage à suivre car leurs blogs sont magnifiques 😀

Couverture Wonder

« Je m’appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c’est surement pire. »

Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui, pour la première fois, ses parents l’envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ?

Dans la lignée du Bizarre Incident du chien avant la nuit, un petit bijou de sensibilité et de drôlerie. Un roman irrésistible sur le destin pas ordinaire d’August Pullman, un enfant un peu différent.

J’ai littéralement sauté sur ce livre lorsque je l’ai vu à 2€ sur l’étalage du marché aux livres d’occasion de ma ville et j’ai tellemeeeeeeent eu raison ! August est l’un des personnages les plus attachants qu’il m’ait été donné de rencontrer dans un roman, il m’a énormément touchée et fait rire car il a beaucoup d’auto-dérision.

Nous rencontrons ce petit garçon ainsi que sa famille aux alentours de la rentrée scolaire, la première vraie rentrée pour August car il va aller à l’école pour la première fois de sa vie. Jusqu’alors scolarisé à domicile il va désormais affronter la rentrée au collège qui n’est déjà pas facile alors imaginez pour un enfant né avec une malformation faciale… Bien qu’habitué aux regards des autres (même les coups d’œil les plus discrets), August émet quelques réticences mais finit par débarquer dans son nouvel établissement avec une volonté de s’intégrer enfin quelque part et je l’ai directement admiré pour cela ! Je n’ai même pas eu le temps d’avoir une once de pitié pour ce petit garçon tant il est courageux et drôle.

Le roman est découpé en plusieurs parties qui nous livrent chacune le point de vue d’un personnage. Seul le point de vue d’August apparaît plusieurs fois, au début et à la fin, ce qui nous permet de suivre l’évolution de son personnage. S’il est encore très enfantin en début de roman (surement car un peu surprotégé par ses parents ce qui se comprend), il déborde de maturité lors de la remise des diplômes des 6èmes en fin d’année scolaire.

Les points de vue des autres personnages sont également très intéressants notamment celui de sa grande sœur, Olivia, pour qui ce n’est pas non plus facile tous les jours. Je me suis beaucoup identifiée à elle, elle aime son petit frère du plus profond de son être mais parfois elle aimerait juste qu’il soit « normal » car elle aussi souffre de cette situation. Elle se sent souvent un peu délaissée par ses parents qui pourtant font de leur mieux et son attitude est totalement compréhensible selon moi. Quand elle rejette son frère, un sentiment de culpabilité la ronge immédiatement, c’est ce qui fait d’elle une grande sœur très aimante malgré tout.

Nous entrons également dans la tête des camarades de classe d’August. Ces passages permettent à l’auteure de mettre en avant les comportements de chacun, en tant qu’enfant, face à une personne en situation de handicap. Elle pointe l’importance de l’éducation des enfants dans la tolérance et le respect, c’est indispensable ! Par exemple, on se dit durant tout le roman que l’un des camarades d’Auggie est vraiment détestable avec lui mais lorsque que l’on rencontre la mère de ce jeune homme, on comprend tout… Malheureusement, il reste toujours des familles dans lesquelles certaines valeurs se perdent mais c’est en partie ce qui rend ce roman réaliste (eh oui ce n’est pas le pays des Bisounours, encore moins dans une cour de récré). Nous rencontrons aussi Jack, un autre camarade d’Auggie qui fait des erreurs mais sait se remettre en question, preuve de grande maturité pour son âge. J’ai fini par beaucoup l’apprécier même si ce n’était pas gagné au début !

Vous comprenez donc que ce livre a frôlé le coup de cœur de peu, il m’a manqué un petit quelque chose à la fin pour qu’elle soit grandiose, je l’ai trouvée un peu plate. Dommage ! Il n’empêche que vous devez absolument vous procurer ce roman qui est une vraie leçon de vie, de respect, d’amour fraternel et d’amitié.

Petit plus, un trailer est sorti pour le film et il m’a presque mis les larmes aux yeux, je vous le laisse par ici car je pense que ce film en voudra le détour :


« Non, non, tout n’est pas la faute au hasard. Si c’était le cas, l’univers nous abandonnerait complètement. Alors qu’il prend soin de ses créations les plus précieuses par des moyens invisibles à nos yeux. […] Peut-être que c’est une grande loterie, mais l’unviers, en fin de compte, se charge de rétablir l’équilibre. L’univers prend soin de tous ses oisillons. »

« Tout le monde mérite une ovation au moins une fois dans sa vie, parce que nous triomphons tous du monde. »


6

Publicités

8 réflexions sur “[Chronique] « Wonder » – RJ Palacio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s