[Chronique] « La Cave » – Natasha Preston

Bonjour à tous, hier soir j’ai terminé ma lecture du roman La Cave de Natasha Preston que j’ai pu lire grâce aux éditions Hachette Jeunesse et NetGalley. Merci à eux !

La Cave (The Cellar #1)

Imaginez une maison comme n’importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées trois filles, Rose, Iris et Violette, soumises à la folie maniaque et meurtrière d’un homme : Trèfle.
Dans une autre maison, dans une ville où il ne se passe jamais rien, Summer mène une vie parfaitement banale. Elle a des parents, un frère, des copines, un petit ami. Mais un soir, sa route croise celle de Trèfle, et Summer ne rentre pas chez elle. Elle se retrouve enfermée dans une cave en compagnie des autres filles et rebaptisée Lilas. Mais contrairement aux autres filles, elle n’est pas prête à accepter son sort jusqu’à faner et dépérir…

En premier lieu je tiens à dire que c’est la couverture qui a attiré mon œil, je la trouve très réussie et représentative du roman. En lisant le résumé, je me suis laissée re-tenter par un thriller jeunesse de chez Hachette même si The Cruelty m’avait déçue auparavant.

Summer est une jeune adolescente comme tant d’autres, elle a un petit copain nommé Lewis et vit tranquillement dans une petite ville jusqu’au soir où elle croise la route de Colin alias Trèfle. Jusque là, rien de nouveau si vous avez lu le résumé ^^ Dans la cave de Trèfle est aménagé une sorte d’appartement où sont retenues 4 jeunes filles dont Summer rebaptisée Lilas par leur ravisseur.

Comme vous l’aurez remarqué les filles se font appeler par un nom de fleur car Trèfle a une obsession pour celles-ci. Oui, c’est extrêmement bizarre. Pour lui, les fleurs sont les choses les plus pures de ce monde et c’est pour cela qu’il les chéri autant. Trèfle est également obsédé par la propreté et compte d’ailleurs « nettoyer » le monde des prostituées qui le répugnent au plus haut point. On se doute que ces obsessions sont le fruit d’un traumatisme de son enfance mais honnêtement quand j’ai découvert la vérité j’ai été très déçue car c’est peu crédible ou alors pas assez développé.

Summer semblait être une fille au caractère bien trempé, à son arrivée dans la cave elle ne pensait qu’à s’échapper et pourtant, elle n’a jamais rien tenté. Elle n’a fait QUE de pleurer du début à la fin ! Je veux bien comprendre qu’elle puisse pleurer dans sa situation mais ça a rendu le roman vraiment répétitif : pleurs, douche, pleurs, petit déjeuner, pleurs, penser à Lewis, pleurs, etc. Summer m’a donc assez vite tapé sur les nerfs même si on voit bien que l’auteure essaye de rendre son point de vue réaliste. De plus, elle ne pense qu’à Lewis et très peu à sa famille, je veux bien comprendre qu’elle soit amoureuse mais bon Dieu elle a 16 ans (et les parents parlent de mariage wtf). Bref si j’étais kidnappée par un malade je ne voudrais que ma maman et mon papa 😂

Le roman est déconseillé en dessous de 16 ans mais attention tout de même car certaines scènes sont très violentes et sanglantes pour un ado qui n’a pas l’habitude de lire ou voir ce genre de choses. Le vocabulaire est également assez vulgaire lorsque Trèfle pète une crise. Personnellement, habituée à lire des thrillers pour adultes j’ai trouvé celui-ci plutôt léger car Trèfle ne m’a pas terrifiée j’avais juste envie de le frapper pour qu’il arrête avec son fameux « Bonsoir, les fleurs » qui m’a fait lever les yeux au ciel toutes les 3 pages…

D’ailleurs, en entrant dans la tête de Trèfle dans les chapitres qui lui sont dédiés je n’ai rien appris de plus sur le psychopathe qu’il est. Aucun personnage n’a de profondeur malheureusement, notamment Rose qui semble atteinte du syndrome de Stockholm est un personnage qui n’a pas été assez exploité à mon goût. L’aspect psychologie m’a manqué. La fin ne m’a pas éblouie mais pas déçue non plus, il existe une courte suite en VO sur Wattpad et je pense la lire juste pour savoir si Trèfle va pouvoir réunir sa famille à nouveau même si son évasion me semble peu probable dans la réalité.

En somme, ce roman avait un énorme potentiel mais il a vraiment été rendu trop « jeunesse » par l’auteure. Pourquoi ne pas l’avoir écrit pour les adultes, aller au bout des choses et explorer les personnages ainsi que la psychologie ? Je mets tout de même 3/5 car il peut être apprécié des ados mais personnellement ce serait 2/5 !

4

 

 

Publicités

4 réflexions sur “[Chronique] « La Cave » – Natasha Preston

  1. Babitty Lapina dit :

    Cela fait un moment que je voulais lire ce livre, mais je ne me souvenais plus de titre ! Grâce à ta chronique maintenant je vais pouvoir le faire ♥ J’ai entendu que du bien de ce livre. Ta chronique me permet donc de prendre du recule vis à vis des avis élogieux à son sujet et de ne pas trop déçue par ma lecture par la suite 🙂 Chronique fort chouette en passant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s