[Chronique] « Dors la nuit va te bercer » – Benjamin de Marçay

Hey ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un roman auto-édité : Dors, la nuit va te bercer de Benjamin de Marçay 😀

sans-titre-1

Françoise accompagne sa mère en fin de vie. Katherine vient d’apprendre l’agression terrible de son fils. Fred se bat contre un cancer du sein. Ces trois femmes ne se connaissent pas et pourtant elles se trouvent dans cet hôpital au même moment. L’ascenseur qu’elles empruntent tombe en panne. Elles vont se découvrir, s’écouter, s’émouvoir, se confier. Car parfois, il est plus facile de parler à de parfaites inconnues…

Je commence cette chronique en remerciant chaleureusement l’auteur qui m’a envoyé son roman au format numérique en échange d’une chronique honnête. Vous pouvez d’ailleurs le retrouver sur Twitter. Le résumé m’attirait beaucoup car l’histoire se déroule dans un hôpital, un endroit où règne souvent l’angoisse et la souffrance mais parfois aussi, l’espoir.

J’ai trouvé ce roman vraiment poignant et réaliste presque trop à certains moments mais ce n’est en aucun cas une critique, c’est justement ça qui rend le roman touchant ! Nous rencontrons 3 femmes qui se retrouvent par hasard au mauvais endroit, à savoir dans un ascenseur de l’hôpital qui va tomber en panne. Le roman se transforme alors en une sorte de huit-clos dans lequel les langues vont se délier et les consciences s’apaiser en mettant des mots sur des maux. Chacune de ces femmes a sa propre histoire que l’on va découvrir petit à petit par des dialogues entre elles ainsi que des flash-backs. Beaucoup de sujets délicats sont abordés sans aucun jugement par l’auteur comme la maladie notamment le cancer mais aussi l’homosexualité, les relations familiales et le deuil. Je pense qu’à un moment ou un autre de cette lecture, chacun peut s’identifier car chacun à forcément vécu de près ou de loin une situation évoquée dans le roman.

En parallèle des confessions faites dans l’ascenseur, nous suivons ce qui se passe dans l’hôpital ce qui évite de trouver le récit trop « fermé ». L’écriture est simple et réaliste, cependant j’ai trouvé les différentes parties très flagrantes donc j’aurais aimé un peu plus de fluidité concernant la structure du roman.  Je vais éviter d’en dire beaucoup plus étant donné que le roman est court pour ne pas vous gâcher la lecture 🙂

Seul petit bémol à ce roman, j’avais deviné certains événements de la vie de Françoise, Katherine et Fred bien avant qu’elles ne les expriment clairement. C’est dommage, peut-être serait-il plus judicieux d’aller droit au but ?

En conclusion, ce roman auto-édité a été pour moi une très belle découverte. Il aborde des sujets forts avec du recul et une certaine douceur à travers la voix de ces 3 femmes différentes mais reliées par leur présence au même endroit au même moment par un miraculeux hasard. Leur échange nous donne a réfléchir aux décisions que la vie nous force à prendre… ou non.

5

 

 

 

Publicités